Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 18:46

Pas le temps de blogguer en ce moment, je profite de ma maman qui est là depuis presque une semaine! Mais là, ça vaut le coup!

Sur Facebook, une ancienne collègue a publié un lien sur mon mur. Quelle ne fut pas ma surprise quand je me suis vue en photo, sur le site infirmiers.com (si ça vous interresse: clic-clic ici!)!


infirmiere-hia-g.jpg


Bon, ok, certains ne me reconnaîtront pas, mais si-si, j'vous jure, c'est bien moi!

Bon, re-ok, ça date d'il y a au moins 5ans cette photo, à l'époque, j'étais chez les grands brûlés! Et j'étais encore infirmière militaire (certaines s'en souviennent???)...

 

Allez, on arrête la séquence souvenirs-nostalgie, je vais me soigner ma vilaine sinusite et filer récupérer mon homme qui rentre ce soir de son RAID VTT au Maroc!

 

PS: m'auriez vous reconnu sur cette photo????

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 23:07
Une page de ma vie qui se tourne!
Même si je sais que ça va me faire du bien, j'ai une part de tristesse dans ce départ... 


 
Cette ambiance va me manquer.
Ce rythme de folie...
Cette chaleur...
La serre tropicale au milieu du service!

Mon dernier WE a rimé avec charge de travail de dingue ET bizutage de départ.

Il a commencé lors d'un pansement en salle de balnéothérapie...



Je me suis faite arroser, à l'eau stérile!!!! Mais mes "agresseurs" n'avaient pas compté sur ma capacité à répondre à ce jeu là!
Sauf que quand le sol est mouillé, c'est la patinoire! Alors il a fallu astiquer après nos bêtises!



Puis juste avant ma relève...
Je me suis retrouvée (tout ça dans une ambiance gentille et conviviale, je précise!!) attachée à un fauteuil.


 
Masque à la vaseline et à la biafine. Petit arrosage à l'eau stérile, encore une fois.



Puis aspergeage au gloubi-boulga spécial.
La recette?
Velouté de poireau, gavage, sirop de fraise, glace pilée:
ça donne ça... 



Un vrai calvaire pour l'estomac et pour le nez!

Mais une bonne rigolade car là aussi, je ne me suis pas laissée faire comme ça, car une fois libérée de mon fauteuil, je leur courrais après pour leur faire un "câlin" et essorer ma tenue sur eux!!!!

Un bizutage, oui, mais bon enfant et fatigant pour les zygomatiques!
 
Partager cet article
Repost0
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 22:12
(écriture bizarre oui, mais c'est pour que mon article ne sorte pas dans les recherches google!).
 
Ce terme de
Ra_Dia_tion des contrôle
est purement militaire, il signifie tout simplement fin de contrat! Le mien finit le 3 novembre, mais j'ai encore plein de permissions (= vacances) à poser, ce qui fait qu'il ne me reste que...6 jours à bosser chez les grands brûlés.
Après ça, je perds tous (pas grand chose) les avantages militaires: ma carte de réduc' SNCF et le prestige de mon grade de sous officier!
Je perds également une équipe, dans laquelle je me suis fondue discrètement au départ et dans laquelle j'ai évolué, pris de l'assurance. Cette équipe va me manquer, surtout quelques unes de mes collègues...
Je parts d'un service très technique de réa brûlés vers un autre service de réanimation, plus chirurgicale et d'une autre spécificité que celle que je quitte.

Je parts... D'un CDD vers un CDI. 

Je parts... dans 6 jours! 



Petite partie de mon affiche pour mon pot de déoart: Noir et Blanc pour le souvenir, jaune pour la couleur de nos tenues!
Partager cet article
Repost0
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 22:16
J'ai appris ce soir, en recevant cette dromacarte de mon papa, que c'était aujourd'hui la fête des infirmières! Peeeeeeeeeeeeersonne ne me l'avait souhaité jusqu'à ce soir, merci papa!!!
Ceci dit, je ne savais pas que notre profession avait une fête... 


Bon, pour ma fête, 3 patients dont 2 sous assistance respiratoire, les examens à gogo... ET encadrement d'une nouvelle élève! La 1ère semaine, c'est trop dur, trop long de tout expliquer en détail sans être à la bourre dans le boulot. Ah... Patience, quand tu me tient...

Donc merci Papa!!
Et bonne fête les copines infirmières!!! 
Partager cet article
Repost0
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 14:00
Voici la fin de mon cycle de nuit. Encore ce soir... pour la dernière jusqu'à la prochaine fois!

Des nuits de 12h, avec parfois le temps de se poser, de manger tous ensemble (on est 4 infirmiers,1 aide soignante et un médecin réanimateur), de faire quelques mots fléchés, de nombreuses pauses café et surtout de papotage (Radio Langue de P*** bonjour! Moi, j'écoute... Je ne suis pas comme ça!). Parfois on s'assoupit quelques instants, mais il y a toujours une alarme qui sonne en réa!
Bien évidemment, le boulot passe en 1er (surveillance toutes les 1h ou 2 ou 4 selon la gravité), soins aux patients intubés, préventions d'escarres, mises au bassin pour les commissions de TOUT genre...
Quelques entrées de nuits: une jeune fille qui a fait un rallye automobile en tant que co-pilotte et qui s'est scratché... Une vieille dame démente qui s'est endormi avec sa clope... Une TS par immolation... Un vieux monsieur dont la fritteuse a pris feu (mais qui a quand même mangé ses frittes avant d'appeler le 15!).
Le travail de nuit, c'est un monde complètement différent. On fait bien souvent face aux peurs et aux angoisses des patients. On est "tranquille", pas de cadre de soins sur notre dos pour faire des réflexions à 2 balles! Une petite équipe donc plus de cohésion (sauf si on s'entend avec personne mais ça reste rare!).

Bref. Et ma vie à côté de ça???

Couchée vers 8h30 le matin, je n'ai JAMAIS réussi à dormir au delà de 13h30. Petite nuit hein!? Ensuite, au réveil, petit tour sur internet avec mon petit dèj, se "pomponner" (merci anti-cernes... mais parfois ça suffit pas!).
15h30, je vais chercher Théo chez la nounou. Ah, mon rayon de soleil!



(photos qui datent d'il y a 15 jours, mais à part la veste certains jours, c'est la même chose!)
 
On va se balader au parc (quelle chance, le beau temps a été au RDV!!): le coin préféré de Théo, ce vieux pressoir dans lequel il aime naviguer pendant que je fais le lézard pour recharger les accus d'énergie solaire (bon ça dure jamais plus de 15min!). Ensuite, on passe voir les bikettes, les poules et les moutons, qui font bien rire Théo et attisent sa curiosité!
Sur le retour, petit détour la boulangerie. 

On rentre et c'est la course! Faire à manger pour Théo, lui donner le bain, manger un p'tit truc avec mon café bien serré. La "baby sitter" arrive, il est 19h15. Je file au taf!

Mon homme?? Je le croise à 8h du mat'! Bien heureusement, après 2 ou 3 nuits, j'ai 2 soirs de repos pour profiter de lui!

Mais demain, C'EST FINI, retour à une vie sociale normale!!
 
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 22:28
Juste pour vous faire comprendre...
Extrait du Libération du 15 janvier 2009

Infirmière dans un hôpital de la région parisienne, Céline T. nous a écrit, peu avant la fin de l’année, pour «expliquer, avec son expérience et sa plume», à quoi ressemble son métier.

Réalisé par É.Pa

«6 heures. S’habiller en tenue d’infirmière et enfiler ses sabots. Vérifier stylos, ciseaux, prendre stéthoscope, sparadrap, pince à clamper, pense-bête, garrot. S’attacher les cheveux. Marcher en pensant à la fin du service, à ce qu’on fera le soir si on n’est pas trop épuisée. Se laver les mains.

«Piétiner pour préparer son chariot, se courber sans prendre soin de plier les jambes. Se laver les mains. Faire le plein de tubulures, aiguilles, seringues, médicaments, mais aussi draps, alèses, haricots, bassins… Porter le tout dans ses bras car le chariot a encore disparu. Jurer de se plaindre sachant que c’est en vain. Sentir ses pieds chauffer sur les semelles dures. Le pied lâche, se tord. Ne pas tomber, pas le temps. Se laver les mains.

«Réveiller brutalement les patients. Etre désolée, mais pas le temps de faire autrement. Faire dix prises de sang en priant pour ne pas se piquer avec une aiguille souillée. Se raconter, entre collègues, l’extérieur, n’importe quoi mais l’extérieur. Se laver les mains.

«Préparer les perfusions debout. Se laver les mains. Ouvrir les bouteilles d’antibiotiques et d’antalgiques avec les ciseaux car les laboratoires n’ont pas pensé que quelqu’un devait les ouvrir avant de les injecter. Se blesser. Se soigner. Et enchaîner car pas le temps. Se laver les mains.

«Laver le corps d’un autre, homme ou femme. Se pencher, soulever les jambes. Le dos tire. Pas le temps. Se laver les mains.

Faire le lit au carré, seule ou avec l’aide-soignante. Soulever le matelas. Le dos craque. Les jambes courent, trois sonnettes en même temps. Aller au plus urgent. Une patiente âgée est tombée dans la douche. Se pencher, soulever, glisser, tomber, un autre bleu, appeler à l’aide, se débrouiller car personne n’est disponible. Ramener la patiente dans son lit, hisser le corps pour mettre la tête sur l’oreiller. Rassurer, il n’y a pas de mal. S’asseoir, lui prendre la main, et rire ensemble. Se laver les mains. Courir à l’autre sonnette et en passant, changer la perfusion du voisin. Se laver les mains.

«Préparer la morphine. Se laver les mains. Injecter. Remonter le patient dans son lit, remettre l’oreiller. Cavaler à l’autre bout du service pour répondre à une autre sonnette, en faisant un détour par les toilettes. Se faire engueuler parce que ça ne va pas. Rassurer, essayer de trouver une solution. Se faire insulter. Gueuler. Se demander pourquoi on fait ce métier. Sortir de la chambre en se cognant au lit, un bleu. S’arrêter dans le couloir, et souffler. Fatigue, Pleurer silencieusement. Se laver les mains. Pousser son chariot. Changer les poubelles. Marcher. Se laver les mains. Courir après l’interne pour réclamer les prescriptions promises. Accueillir le patient du bloc encore groggy. Faire le changement de lit. Un, deux et trois. Glisser, porter le corps, sans faire mal, avec le drap. Monter les barrières du lit et comme toujours, se pincer les doigts dedans. Dire qu’on est là, que l’opération s’est bien passée, qu’on repassera le voir, mettre dans sa main la sonnette. Sortir de la chambre, rassurée. Le dos cherche un appui dans le couloir, les jambes rêvent d’être en l’air, les pieds réclament des chaussons mous.

«8 h 30. L’odeur du café. Les petits déjeuners vont être servis. Se demander ce qu’on pourrait faire d’autre comme métier et se rappeler ces moments privilégiés : soulager une douleur, cicatriser une plaie, essuyer des larmes, ce sont des moments privilégiés, toutes classes sociales confondues, parce qu’on se retrouve humain face à la maladie. Rire comme des gosses entre soignants car c’est l’arme la plus efficace contre l’injustice, penser que la souffrance est intolérable et qu’on sera là demain pour repousser la mort et ses copines même si, parfois, c’est se battre contre des moulins à vent. Se laver les mains, se recoiffer. Pousser la porte de la chambre 407 qui n’a jamais de visite car on a promis d’aller papoter un peu. Le café attendra la fin du service et la relève.»

Partager cet article
Repost0
6 août 2008 3 06 /08 /août /2008 11:06
Vous vous rappelez peut être de moments durs que j'ai passé fin juin dans mon boulot... C'était là (clic here)ou encore là (clic, clic!)...
Eh bien parfois, le raz le bol se fait sentir, non pas marre d'être infirmière, mais marre de voir que des conneries engendrent des états si graves...


 
Je ne fais pas cet article pour recevoir des éloges sur mon boulot, je le fais seulement pour que vous soyez attentifs, parce que la prévention pour la brûlure en France n'a duré qu'un temps. Parce que c'est l'été et que les barbecues foisonnent (pitié, n'allumez pas le feu avec de l'essence ou de l'alcool à brûler,  et surtout, ne laissez pas des enfants à côté!!!). Je sais que la plupart d'entre vous sont sensées mais sait-on jamais, vous pourriez avoir des amis moins prudents...

 
RAPPEL...petits conseils en cas de brûlures :
   - Retirer la source de chaleur (exemple un tee-shirt avec le liquide bouillant)
  
- Refroidir avec de l'eau froide au moins 5min (et pas directement sous le jet)
  
- Ne pas mettre de biafine!!!!
 
- Allez directement dans une pharmacie (si c'est une petite zone brûlée) ou mieux, aux urgences pour que les produits appliqués soient adaptés (Flammazine®, Cicazine® ou Altreet®)!!! Et pour que soient faits un pansement adapté et une évaluation de la profondeur de la brûlure surtout...
 
Partager cet article
Repost0
25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 21:11
... où on n'a pas le moral. Je vous rassure, ce n'est pas dans ma vie privée, c'est dans ma vie professionnelle. Travailler pour "rien", enfin se battre pour une cause perdue, on se remet en question! Dans mon service, on voit de tout comme histoire, les grands et les petits brûlés: des histoires drôles et d'autres beaucoup moins. 
Histoire plutôt drôle? Un jeune qui a voulu s'épiler les coucougnettes à la cire. Petite brûlure mais mal placée!
Et puis il y a les moins drôles: une maison a pris feu à cause d'un hallogène qu'un petit a poussé contre un rideau, la maman a sauvé ses 2 enfants mais malheureusement a été gravement brûlée. Elle s'en sortira, mais ce sera long. 
Et il y a ceux dont on ne saura jamais ce qu'il a bien pu se passer: je m'occupe en ce moment d'un jeune de 31ans, retrouvé inconscient dans son appart' en feu. Dans ses antécédents, il y a une notion de dépression. Serait-ce une TS (tentative de suicide)? Aucun témoin, aucune lettre... Son état est critique, un pur patient de réa: assistance respiratoire, le rein ne marche plus donc on dialyse en continu. Il est dans un coma artificiel pour pallier à la douleur. À priori, il n'y a aucune issue à son état. Malgré ce, on lui administre des traitements coûteux, on lui fait des fibroscopies bronchiques et autres examens, on le maintient en vie... Mais pour peu de temps car on sait qu'il ne survivra pas car il est brûlé sur 90% de la surface corporelle. 
C'est horrible de se dire ça... Se battre pour "rien" alors que c'est un malade, qu'on est là pour le soigner. Mais quand on sait que malgré les soins la fin est proche??? Et la famille dans tout ça? Il est encore jeune...
Je ne sais pas si vous me suivez... Bref. On a une 30aine de cas comme celui ci par an, des gens que l'on ne guérira pas, mais aujourd'hui, pour moi, ça a du mal à passer. Peut être que demain, j'y ferai mieux face mais aujourd'hui, j'ai pas le moral.
Rajoutez à tout celà une température de 31° dans les chambres, à supporter avec une casaque, un masque, une charlotte, des gants (Mmmm, on transpire des litres par jour chez nous!)...Un peu comme sur cette vieille photo!

Heureusement que mon Crapouillou et mon homme m'aident à oublier un peu ces soucis et m'apportent joie et bonheur après ces dures heures de boulot! 
Partager cet article
Repost0
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 18:43
Début d'année rempli de naissances dans le service! Sur janvier et février, 3 naissances, que nous avons décidé de fêter aujourd'hui avec nos collègues. Voici l'affiche, que j'ai été chargée de faire...

Et les desserts que j'ai fait hier soir (cake au citron, far breton et brownies géant!).

 J'ai pas chômé!

Les doc' ont offert le champagne pour l'occasion, c'est bien, ça collait parfaitement à mon affiche!!
Pas de photos à vous montrer malheureusement, mais Théo a été ravi de voir tout ce monde, il s'est juste endormi pour le mot du chef de service!
Partager cet article
Repost0